Menu

Hand labor, tractor labor and horse labor: a question of power and scale

"Pour comprendre la façon actuelle de cultiver la terre il est important de regarder en arrière pour avoir une impression des débuts de l'agriculture et de son évolution. A partir de là nous pouvons poser la question: Pourquoi pratiquons-nous l'agriculture ou pourquoi envisageons-nous d'utiliser la traction animale pour le maraîchage? Si nous distinguons trois sources d'énergie différentes, le travail à la main, au tracteur ou avec des chevaux, quels sont les cas de figure où les chevaux s'avèrent être la meilleure solution. En partant d'un point de vue historique pour finalement aboutir à une perspective actuelle nous pouvons mieux comprendre le bien-fondé d'une utilisation moderne de la traction animale."
En savoir plus...

La traction animale:une innovation en phase d'institutionalisation, encore fragile

La zone des savanes d’Afrique centrale compte 265 000 attelages (40 % des paysans équipés au Tchad, 25 % au Cameroun et 10 % en Centrafrique). La traction bibovine domine. Au Cameroun, 30 % des attelages sont des ânes. Les sociétés cotonnières ont largement promu la traction animale, pour le coton et les vivriers. Elle est surtout utilisée pour le labour à la charrue, secondairement pour les opérations d’entretien et le transport. Elle permet de maîtriser les adventices, agit sur la gestion de l’eau à la parcelle, et contribue à l’entretien de la fertilité par la fumure. L’attelage permet d’augmenter la surface cultivée par exploitation et de diversifier leurs revenus. Aujourd’hui encore, faute de connaissances et de moyens financiers, les producteurs rencontrent des difficultés pour s’équiper et pour tirer tous les partis de l’attelage. Toute une gamme de services d’appui avait été mise en place via des projets et des sociétés de développement pour promouvoir la traction animale. Aujourd’hui, avec le désengagement des Etats, de nouveaux acteurs se positionnent sur ce « marché » (vétérinaires, forgerons, conseil, crédit...). Certains ont des difficultés à répondre aux besoins des producteurs, à dégager une rentabilité suffisante et sont demandeurs d’un appui pour leur développement. Alors qu’auparavant il s’agissait d’apporter des réponses techniques au développement, désormais, il faut comprendre les recompositions institutionnelles, saisir l’évolution des besoins, susciter l’innovation et renforcer les coopérations entre les nouveaux acteurs.
En savoir plus...

La traction animal

Une synthèse pratique, actualisée et illustrée des connaissances sur la traction animale. L’ouvrage est enrichi de résultats d’expériences récentes et accompagné d’un cédérom qui apporte des informations complémentaires. L’utilisation de l’énergie animale est toujours d’actualité dans nombre de pays en développement où les petits agriculteurs travaillent encore beaucoup à la main. En facilitant le travail du sol et les transports, les animaux de trait permettent de réduire la pénibilité du travail humain et d’alléger la pauvreté. La traction animale améliore la productivité du travail agricole et contribue à la durabilité des systèmes mixtes alliant l’agriculture et l’élevage dans les petites exploitations familiales. Cette synthèse pratique, actualisée et illustrée des connaissances sur la traction animale est enrichie de résultats d’expériences récentes en matière de bien-être animal, de groupements de producteurs et d’artisans, et d’impact environnemental. Des solutions pratiques sont proposées dans tous ces domaines. Cet ouvrage, volontairement succinct, est accompagné d’un cédérom qui apporte des informations complémentaires : fiches techniques, textes de référence, études de cas, photographies. Destiné en priorité aux producteurs, techniciens et agents de développement, ce manuel est aussi un outil de référence pour les enseignants et étudiants de l’enseignement supérieur. Philippe Lhoste, agronome zootechnicien, expert en traction animale, dirige actuellement la collection Agricultures tropicales en poche. Michel Havard, agronome au Cirad, travaille sur la mécanisation agricole, les dynamiques des producteurs et le conseil agricole en Afrique subsaharienne. Éric Vall, agronome zootechnicien au Cirad, travaille sur la durabilité des systèmes mixtes agriculture-élevage en Afrique subsaharienne, après avoir étudié les animaux de trait et la dynamique des innovations en traction animale. La traction animale Philippe Lhoste, Michel Havard, Éric Vall Éditions Quæ, CTA, Presses agronomiques de Gembloux Collection Agricultures tropicales en poche 2010
En savoir plus...
Best gambling websites website

Information